Venue de la réalisatrice mexicaine, Lucía Gajá

Le film Batallas Intimas de Lucía Gajá sera projeté le 9 octobre à 20h30 au cinéma Le Studio, à Aubervilliers! La projection se fera en présence de la réalisatrice et sera suivie d’un débat animé par Marianne Bloch-Robin et Véronique Pugibet.

Article préparé par Véronique Pugibet

Nous avons le plaisir d’accueillir, dans le cadre du festival Le documentaire engagé dans les Amériques, en collaboration avec l’Institut  des Amériques (IdA) et le cinéma le Studio à Aubervilliers, Lucía Gajá, notre invitée d’honneur.

Lucía Gajá

Sa formation : Après des études de cinéma au Centro Universitario de Estudios Cinematográficos (CUEC) de la Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), Lucía Gajá suit un atelier de documentaire avec Santiago Álvarez à San Antonio de los Baños, Cuba, puis un séminaire avec le documentariste états-unien Allan Miller et le documentariste chilien Patricio Guzmán.

Récompenses : Lucía Gajá a été nominée trois fois aux Ariels[1] de l’Académie Mexicaine des Arts et Sciences Cinématographiques et a obtenu l’Ariel pour son documentaire Soy (2003) à propos de jeunes filles souffrant de paralysie cérébrale et de l’école où elles sont pour développer au mieux leurs capacités.

Sa filmographie : Au travers de ses documentaires engagés, elle révèle la situation des plus démunis et a fortiori les plus exploités.

  • Mi vida Dentro[2] (2007) en est un parfait exemple. Rosa Estela Olvera, une jeune émigrée mexicaine illégale à Austin Texas est accusée de la mort de l’enfant dont elle s’occupait. Emprisonnée en janvier 2003, elle fut jugée en août 2005. Le documentaire suit le jugement et le verdict, où la justice y apparaît tendancieuse et pleine de préjugés à l’égard des Mexicains. L’impuissance, la séparation d’avec la famille, l’emprisonnement dans un pays étranger à la langue et culture autres, constituent une réalité de la vie des migrants mexicains. Le documentaire fut essentiel pour obtenir la révision du cas de Rosa Estela Olvera même si les autorités refusèrent de se soumettre à la réouverture du dossier. Un documentaire peut-il ainsi contribuer à changer le cours des choses ? A l’heure actuelle Lucía Gajá tourne la suite, Vidas en la orilla, « sur sa vie en prison, sa famille, ses enfants ; il s’agit d’un portrait depuis un espace intime, où elle séjourne depuis quinze ans. »[3]
  • Nos faltan (2016) sur les 43 étudiants de l’École Normale d’Iguala disparus en 2014 et à propos desquels les pouvoirs publics directement impliqués n’ont toujours pas donné d’explication.
  • Dans Batallas Íntimas[4], (2016), elle s’intéresse à la violence conjugale en mettant en évidence les mécanismes qui empêchent les femmes de dénoncer les violences dont elles sont victimes mais le documentaire aborde aussi leur résilience. Dans cette interview elle expose ses motivations, ce qu’elle a retenu de la situation de ces victimes et la place des femmes dans la création cinématographique.

Membre du Système National des Créateurs d’Art, elle enseigne au Centro Universitario de Estudios Cinematográficos de la UNAM (CUEC) et au Centro de Capacitación Cinematográfica (CCC).

Dans le cadre de ses interventions

  • Elle participera à la Sorbonne en collaboration avec le festival Viva Mexico le lundi 7 octobre de 17h à 19h à une table ronde à propos des violences conjugales, thème qui affecte les femmes du monde entier comme le montre son film Batallas íntimas. Parmi les participantes, on comptera Yalitza Aparicio, actrice principale de Roma (Alfonso Cuarón,2018) symbole des employées de maison mexicaines aux origines sociales modestes « qui font en apparence partie des familles bourgeoises » mais la réalité diffère souvent; sa nomination à divers prix a déclenché des réactions violentes racistes et de classe. Seront aussi présentes Julie Gayet (actrice) et Anne-Cécile Mailfert, représentante de l’Association de Soutien de la Fondation des Femmes.
  • Le mercredi 9 octobre au Cinéma Le Studio – Aubervilliers, une projection de Batallas íntimas suivie d’un atelier de formation destinée aux enseignant.e.s du secondaire de Seine-Saint-Denis a été programmée le matin en présence de la réalisatrice Lucía Gajá. La projection sera également ouverte au public scolaire d’Aubervilliers. La cinéaste abordera le thème du documentaire par rapport à la fiction, celui du documentaire engagé, la cause des femmes au cinéma. Une analyse et exploitation d’une séquence sera proposée.
  • Le mercredi 9 octobre au Cinéma Le Studio – Aubervilliers, une projection de Batallas íntimas aura lieu pour le grand public à 20h en présence de la réalisatrice, débat animé par Marianne Bloch-Robin et Véronique Pugibet.
  • Le samedi 12 octobre, la cinéaste donnera une conférence animée par Marianne Bloch-Robin et Véronique Pugibet en salle des Actes à la Sorbonne, 10h30-12h30.

El Proceso de creación del cine documental:

  • Delinear y exponer los caminos a partir de una idea para desarrollar los temas y las historias hacia la creación de una narrativa cinematográfica. Cómo crear relatos significantes y emotivos en el cine documental.
  • Se analizarán los procesos creativos y de construcción dentro de la obra cinematográfica de la cineasta desde la semilla o sea el origen, la investigación, el desarrollo del proyecto, la producción hasta el proceso final del montaje.

[1] L’équivalent des palmes à Cannes.

[2] Grand Prix Du Jury, du 6º Festival International de cinéma des droits de l’homme, Paris, 2008 ; Meilleur Documentaire, 5º Festival International de cinéma de Morelia, 2007 ; Meilleur Documentaire dirigé par une Femme, Association des Femmes au cinéma et à la télévision (WIFTV), 5º Festival International de cinéma de Morelia, 2007 ; Nominée à l’Ariel d’Argent, meilleur documentaire, Mexique, 2008.

[3]  Lucía Gajá, Selección oficial del 17 Festival Internacional de Cine de Morelia (FICM),  « Lucía Gajá prepara secuela de su documental Mi vida dentro », 2019,https://moreliafilmfest.com/lucia-gaja-prepara-secuela-de-su-documental-mi-vida-dentro/

[4] Festival Internacional de Cine Invisible de Bilbao, 2018, Mention et Prix de la meilleure œuvre réalisée par une femme, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *